CINEMA: comment la saison 2 de Witcher a failli faire dérailler la carrière de Henry Cavill.

Lors du tour­nage de la deux­ième sai­son de The Witch­er, dont la sor­tie est prévue plus tard cette semaine, Hen­ry Cav­ill a subi une blessure grave. L’ac­teur, qui aime faire ses pro­pres cas­cades, s’est déchiré les ischio-jam­biers, ce qui, selon lui, aurait pu avoir des ram­i­fi­ca­tions majeures pour sa car­rière de star de l’action.

Dans une nou­velle inter­view avec IGN, Cav­ill explique pourquoi la blessure était si grave et le douloureux proces­sus de récupération.

“Cela aurait pu chang­er ma car­rière d’ac­teur, cer­taine­ment”, dit Cav­ill. “Je ne ferais plus mes pro­pres cas­cades à cause de cela.”

Avec des rôles comme Super­man et Ger­alt de Riv­ia, Cav­ill se pro­duit fréquem­ment dans des décors d’ac­tion élaborés. La sai­son 2 de Witch­er pro­pose à elle seule une mul­ti­tude de batailles de mon­stres, exigeant que Cav­ill soit à son meilleur niveau physique.

Cav­ill remer­cie le phys­io­thérapeute Fred­die Mur­ray pour son rétab­lisse­ment réus­si, affir­mant qu’il l’a “soigné” tout au long du proces­sus. Mur­ray a été par­ti­c­ulière­ment utile pour nav­iguer dans le proces­sus sou­vent déli­cat con­sis­tant à équili­br­er la récupéra­tion avec les besoins de la production.

“Nous avons fait de notre mieux pour respecter ses règles de pas plus de cinq heures debout par jour, mais mal­heureuse­ment la pro­duc­tion néces­site plus de temps, nous avons donc eu cet équili­bre très déli­cat de faire la bonne chose pour ma guéri­son et ensuite de faire la chose qui la pro­duc­tion avait besoin de moi », dit Cavill.

Il pour­suit : ” Fred­die était là juste pour garder un œil, et pour débranch­er si besoin est, ou pour m’aider avec ma phys­io­thérapie tous les matins, nous étions là tous les matins avant l’aube pour faire des heures de trucs. Mais aus­si sur le plateau, juste pour s’as­sur­er que si la douleur deve­nait trop forte, il trou­verait un moyen d’at­ténuer cette douleur ou de s’as­sur­er que nous ne cau­sions pas de dom­mages durables.”

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*