CINEMA: Les réalisateurs de Star Wars Solo virés n’ont pas voulu faire un film de service aux fans.

Bien que le film Solo: Star Wars ne soit pas un mau­vais film, en ter­mes de box-office, il est con­sid­éré comme l’un des films les plus faibles de la fran­chise Star Wars. Après une pro­duc­tion trou­blée, le film a mas­sive­ment sous-per­for­mé et fait dérailler un cer­tain nom­bre d’autres pro­jets prévus, y com­pris le film Obi-Wan Keno­bi qui a depuis été repen­sé en tant que prochaine série télévisée Ewan McGre­gor. Dans une nou­velle inter­view, les réal­isa­teurs Phil Lord et Chris Miller ont expliqué com­ment leur désir de s’as­sur­er que Solo n’é­tait pas seule­ment un film de fan ser­vice les a finale­ment con­duits à être rem­placés par Ron Howard sur le projet.

Bien que Solo ait été générale­ment bien accueil­li par les cri­tiques, les fans ne se sont pas présen­tés dans le vol­ume atten­du lorsque le film est arrivé dans les ciné­mas le 25 mai et cela a fait du film un flop financier en rai­son de l’aug­men­ta­tion du bud­get du coût de reshoots. À l’époque, le change­ment de réal­isa­teurs a été attribué à des dif­férences créa­tives, et il sem­ble que celles-ci soient venues à Lucas­Film voulant sor­tir un film d’ac­tion de sci­ence-fic­tion réguli­er avec des moments comiques par oppo­si­tion à la vision que Lord et Miller avaient en tête pour une ver­sion “plus risquée” de l’icône de Star Wars. S’adres­sant à The Playlist, la paire a expliqué:

Phil Lord: “Si vous don­nez au pub­lic exacte­ment ce à quoi il s’at­tend et un tas de” juste un ser­vice de fans “, ils vont finir par être déçus, ils vont dire:” Ouais, c’est des trucs que j’ai déjà a con­nu. L’as­tuce con­siste à com­pren­dre ce qu’ils ne réalisent pas encore tout à fait qu’ils veu­lent et chaque idée que vous ajoutez dans le ragoût est quelque chose dont vous vous dites : “Oh, ce serait une bonne chose de voir que j’ai Ce n’est pas vu aupar­a­vant et ce n’est pas ce à quoi on s’at­tend parce que je pense que les gens sont vrai­ment aver­tis main­tenant et donc vous devez garder une longueur d’a­vance sur eux et j’ai l’im­pres­sion que c’est notre travail.

Chris Miller : « Vous ne pou­vez pas jouer avec la peur. Donc, je ne com­prends pas vrai­ment la peur d’une base de fans. Nous n’y pen­sons pas de cette façon. Il y a des gens, je sup­pose, qui essaient de jouer avec le marché et de suiv­re une for­mule. Ils essaient de servir les revenus trimestriels d’une grande entre­prise, mais une entre­prise ne fait pas de film ou n’écrit pas de chan­son, ces choses sont faites par des êtres humains et nous essayons tou­jours de servir les êtres humains qui font le film et les êtres humains qui assis­tent au film, se sou­vi­en­nent tou­jours de ce que vous met­tez là-bas, ce n’est que la moitié.

L’autre moitié est qu’il y a une per­son­ne dans une salle de ciné­ma et que vous dif­fusez du son et de la lumière sur son vis­age et qu’elle réalise le film dans son cerveau. Vous devez donc com­pren­dre qu’en tant que rela­tion et con­ver­sa­tion, met­tez-vous à la place de cette personne.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*