GAMES: Microsoft rachète Activision Blizzard pour 68,7 milliards de dollars.

Microsoft vient de faire l’une des plus gross­es offres jamais réal­isées pour un stu­dio de jeux. La société a annon­cé son inten­tion d’ac­quérir Activi­sion Bliz­zard pour 95 dol­lars par action, val­orisant l’ac­cord entière­ment en espèces à 68,7 mil­liards de dol­lars. L’ac­cord ferait de l’en­tité com­binée la “troisième” société de jeux en ter­mes de revenus, selon Microsoft, et plac­erait des titres comme Call of Duty, World of War­craft et Can­dy Crush sous l’aile de la société. Microsoft prévoit d’a­jouter les jeux Activi­sion Bliz­zard au Game Pass dans le cadre de l’accord.

Le jeu mobile est égale­ment un fac­teur impor­tant dans l’ac­qui­si­tion, a déclaré Microsoft. En plus d’in­té­gr­er les jeux télé­phoniques de King dans les activ­ités de Microsoft, l’achat promet d’ap­porter des fran­chis­es comme Halo et War­craft à plus d’appareils.

Le rachat devrait être con­clu au cours de l’ex­er­ci­ce 2023 de Microsoft (au plus tard en juin 2023) si les régu­la­teurs et les action­naires d’Ac­tivi­sion Bliz­zard don­nent leur feu vert à cette déci­sion. Les con­seils d’ad­min­is­tra­tion des deux sociétés ont déjà approu­vé l’accord.

Bien que la nou­velle de l’ac­qui­si­tion arrive alors qu’Ac­tivi­sion Bliz­zard est tou­jours impliqué dans un scan­dale d’in­con­duite, vous ne devriez pas vous atten­dre à des change­ments de direc­tion impor­tants. Bob­by Kotick restera le PDG d’Ac­tivi­sion Bliz­zard mal­gré les appels à sa démis­sion, et relèvera désor­mais du chef de Microsoft Gam­ing, Phil Spencer. Dans une let­tre d’en­tre­prise, Kotick a décrit la déci­sion de Microsoft comme une chance de “ren­forcer davan­tage” la cul­ture d’en­tre­prise d’Ac­tivi­sion Bliz­zard et “d’établir une nou­velle norme” en matière d’in­clu­siv­ité. Il n’a pas décrit de plans spé­ci­fiques de réforme, mais a déclaré qu’il y aurait des “change­ments min­imes” dans le nom­bre d’employés une fois le syn­di­cat terminé.

Si elle va de l’a­vant, la fusion aiderait Microsoft à con­cur­rencer les poids lourds Ten­cent et Sony, qui ont tous deux acheté des virées ces derniers mois. Kotick a égale­ment vu cela aider son entre­prise à mieux rivalis­er alors que le jeu méta­verse prend de l’im­por­tance. Dans cette optique, cela peut être autant une ques­tion de péren­nité de l’en­tre­prise qu’autre chose.

Cer­taines ques­tions majeures demeurent cepen­dant. Microsoft n’a pas pré­cisé com­bi­en de jeux Activi­sion Bliz­zard seraient exclusifs à Xbox sur les con­soles ou exclusifs à Win­dows sur les ordi­na­teurs. On ne sait pas non plus dans quelle mesure Microsoft pour­rait influ­encer le développe­ment de fran­chis­es clés. Il n’est pas cer­tain que Microsoft ver­rouillera Call of Duty ou d’autres jeux géants sur la Xbox dans un avenir proche, cepen­dant — les ventes de PlaySta­tion représen­tent une grande par­tie des revenus d’Ac­tivi­sion Bliz­zard, et l’a­ban­don de cette plate-forme réduirait con­sid­érable­ment l’in­flu­ence de l’en­tre­prise dans l’in­dus­trie des jeux.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*