NEWS: Afganistan
AIDE ET HUMANITE
La Banque mondiale va offrir 1 milliard de dollar à l’Afghanistan pour financer ses besoins urgents.

Le con­seil d’ad­min­is­tra­tion de la Banque mon­di­ale a approu­vé un plan visant à utilis­er plus d’un mil­liard de dol­lars d’un fonds fidu­ci­aire afghan gelé pour financer des pro­grammes d’é­d­u­ca­tion, d’a­gri­cul­ture, de san­té et de famille dont le besoin est urgent, a annon­cé la banque.

Le plan, qui con­tourn­era les autorités tal­ibanes sanc­tion­nées en débour­sant l’ar­gent par le biais d’a­gences des Nations Unies et de groupes d’aide inter­na­tionaux, don­nera un coup de pouce majeur aux efforts visant à atténuer l’ag­gra­va­tion des crises human­i­taires et économiques du pays, a déclaré la banque mardi.

L’ap­proche “vise à soutenir la four­ni­ture de ser­vices de base essen­tiels, à pro­téger les Afghans vul­nérables, à aider à préserv­er le cap­i­tal humain et les ser­vices économiques et soci­aux clés, et à réduire le besoin d’aide human­i­taire à l’avenir”, a déclaré la banque dans un communiqué.

Le Fonds d’af­fec­ta­tion spé­ciale pour la recon­struc­tion de l’Afghanistan (ARTF) a été gelé en août lorsque les tal­ibans ont envahi Kaboul alors que les dernières troupes inter­na­tionales dirigées par les États-Unis par­taient après 20 ans de guerre.

Les gou­verne­ments étrangers ont mis fin à l’aide finan­cière représen­tant plus de 70 % des dépens­es publiques, tan­dis que les États-Unis ont pris la tête du gel de quelque 9 mil­liards de dol­lars de fonds de la banque cen­trale afghane.

Les coupes budgé­taires ont accéléré un effon­drement économique, aggra­vant une pénurie de liq­uid­ités et appro­fondis­sant une crise human­i­taire qui, selon les Nations Unies, a poussé plus de la moitié de la pop­u­la­tion afghane de 39 mil­lions d’habi­tants au bord de la famine.

Le com­mu­niqué de la Banque mon­di­ale indique que dans un pre­mier temps, les dona­teurs de l’ARTF décideront de qua­tre pro­jets d’une valeur d’en­v­i­ron 600 mil­lions de dol­lars qui répon­dront aux “besoins urgents dans les secteurs de l’é­d­u­ca­tion, de la san­té et de l’a­gri­cul­ture, ain­si que les moyens de sub­sis­tance des communautés”.

Il y aura “un accent par­ti­c­uli­er sur la par­tic­i­pa­tion et le béné­fice du sou­tien des filles et des femmes”, pour­suit le communiqué.

Les tal­ibans ont réduit à néant les gains en matière de droits des femmes au cours des deux dernières décen­nies, notam­ment en les empêchant de tra­vailler et en lim­i­tant leurs déplace­ments à moins d’être accom­pa­g­nés d’un par­ent proche de sexe masculin.

La plu­part des filles n’ont pas été autorisées à aller à l’é­cole au-delà de la sep­tième année depuis la prise de con­trôle des tal­ibans. Le groupe affirme que toutes les filles seront autorisées à retourn­er en classe plus tard ce mois-ci.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*