NEWS: Arabie-Saoudite
Des chameaux chassés d’un concours de beauté pour avoir subi des liftings et du Botox.

Plus de 40 can­di­da­tures ont été dis­qual­i­fiées du pop­u­laire King Abdu­laz­iz Camel Fes­ti­val, qui a débuté plus tôt ce mois-ci.

L’événe­ment d’un mois dans le désert au nord-est de la cap­i­tale saou­di­enne, Riyad, invite les éleveurs à con­courir pour un prix de 66 mil­lions de dollars.

Les juges déci­dent du gag­nant en fonc­tion de la forme de la tête, du cou, de la bosse, de la robe et des pos­tures d’un animal.

Cepen­dant, le Botox, les lift­ings et autres mod­i­fi­ca­tions cos­mé­tiques pour ren­dre les chameaux plus attrayants sont interdits.

Et les autorités inten­si­fient leur répres­sion con­tre les chameaux arti­fi­cielle­ment améliorés, a rap­porté mer­cre­di l’a­gence de presse saou­di­enne (SPA).

Grâce à une tech­nolo­gie “spé­cial­isée et avancée”, les autorités ont décou­vert que les éleveurs avaient étiré les lèvres et le nez des chameaux, util­isé des hor­mones pour stim­uler les mus­cles, injec­té des têtes et des lèvres avec du Botox, gon­flé des par­ties du corps avec des élas­tiques et util­isé des charges pour déten­dre leur visage. .

“Le club tient à met­tre fin à tous les actes de fal­si­fi­ca­tion et de tromperie dans l’embellissement des chameaux”, a déclaré la SPA, ajoutant que les organ­isa­teurs “imposeraient des sanc­tions strictes aux manipulateurs”.

Le con­cours de beauté de chameaux est la pièce maîtresse du car­naval mas­sif, qui pro­pose égale­ment des cours­es et des ventes de chameaux.

Il vise à préserv­er le rôle du chameau dans la tra­di­tion et le pat­ri­moine bédouin du royaume.

L’él­e­vage de chameaux est une indus­trie de plusieurs mil­lions de dol­lars et des événe­ments sim­i­laires ont lieu dans toute la région.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*