NEWS: Burkina Faso
Des frappes aériennes françaises tuent 40 combattants au Burkina Faso.

Les forces français­es ont tué des dizaines de com­bat­tants au Burk­i­na Faso liés à des attaques meur­trières cette semaine au Bénin voisin dont les vic­times com­pre­naient un Français, a indiqué l’armée.

La force Barkhane dirigée par la France dans la région du Sahel “a engagé ses capac­ités de ren­seigne­ment aérien pour localis­er le groupe armé” respon­s­able des attaques, avant de men­er des attaques aéri­ennes qui ont tué 40 com­bat­tants, a indiqué same­di le com­man­de­ment général de l’armée.

Le Français fai­sait par­tie des neuf per­son­nes tuées cette semaine dans deux attaques con­tre des gardes forestiers dans le parc nation­al du W, une réserve fau­nique située dans le nord reculé du Bénin, à la fron­tière trou­blée du Niger et du Burk­i­na Faso.

Deux bombes en bor­dure de route ont tué mar­di cinq gardes du parc, un respon­s­able du parc, un sol­dat et un entraîneur français, selon un bilan du gou­verne­ment béninois.

Deux jours plus tard, un autre respon­s­able du parc a été tué dans une explosion.

La France a annon­cé jeu­di avoir ouvert une enquête car un citoyen de 50 ans fai­sait par­tie des per­son­nes tuées lors d’une “attaque ter­ror­iste” dans le parc.

African Parks, l’or­gan­i­sa­tion qui gère la réserve, a déclaré que le Français y avait été “instruc­teur en chef des forces de l’ordre”.

Le Bénin a longtemps été l’un des pays les plus sta­bles d’Afrique de l’Ouest, où des com­bat­tants d’Al-Qaï­da et de l’EI­IL (EIIL) men­a­cent les pays du Sahel, mais il a con­nu plusieurs attaques récentes.

Des gangs crim­inels de con­tre­bande opèrent égale­ment le long de sa frontière.

En jan­vi­er, deux sol­dats béni­nois ont été tués lorsque leur véhicule a heurté un explosif impro­visé dans la région nord de l’Atakora.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*