NEWS: Etats-Unis
L’essence californienne atteint un nouveau record de 4,84 $ le gallon

La Cal­i­fornie, qui paie déjà des prix record pour le car­bu­rant, est sur le point de débours­er encore plus, le Gold­en State étant plus exposé à la flam­bée des prix du pét­role que le reste du pays à la suite de l’in­va­sion russe de l’Ukraine.

Les prix du diesel à la pompe ont atteint jeu­di un record de 5,185 dol­lars le gal­lon, selon le club auto­mo­bile AAA. L’essence de l’É­tat a égale­ment atteint un nou­veau record de 4,94 dol­lars le gal­lon tan­dis que les prix à San Fran­cis­co ont dépassé les 5 dol­lars, a déclaré AAA.

Les con­trats à terme sur le Brent ont bon­di d’en­v­i­ron 20 % depuis le début de la guerre en Ukraine, sig­nalant que les prix de détail du car­bu­rant pour­raient encore aug­menter. Pen­dant ce temps, les prix élevés du car­bu­rant con­tin­u­ent d’en­traîn­er des gains d’in­fla­tion qui sont devenus un hand­i­cap pour l’ad­min­is­tra­tion Biden.

Bien que la Russie ne représente qu’un faible pour­cent­age de l’ap­pro­vi­sion­nement en pét­role brut de la Cal­i­fornie, des sociétés comme Marathon Petro­le­um, Chevron Corp. et Valero Ener­gy Corp. devront trou­ver des alter­na­tives car la plu­part des raf­fineurs améri­cains se sont détournés du pét­role russe. Cela sig­ni­fie que l’É­tat, ain­si que le reste de la côte ouest, aug­mentera prob­a­ble­ment sa dépen­dance à l’é­gard du brut ANS de l’Alas­ka, qui a grim­pé à 116 dol­lars le bar­il jeu­di, car les raf­fineurs asi­a­tiques pour­raient égale­ment rivalis­er pour rem­plac­er les appro­vi­sion­nements russ­es perdus.

La Cal­i­fornie est géo­graphique­ment isolée de l’essen­tiel de la pro­duc­tion pétrolière améri­caine à l’est des Rocheuses. Les appro­vi­sion­nements intérieurs par voie nav­i­ga­ble sont lim­ités par des lois qui exi­gent que des navires coû­teux bat­tant pavil­lon améri­cain soient trans­portés, sou­vent par le canal de Pana­ma. En con­séquence, les raf­fineurs de la côte ouest sont par­mi les plus grands des­ti­nataires de pét­role russe aux États-Unis depuis plus d’une décennie.

De plus, les régu­la­teurs de l’É­tat de Cal­i­fornie exi­gent une essence et un diesel de qual­ité bou­tique, à com­bus­tion plus pro­pre, qui ne se mélan­gent pas facile­ment et que peu de raf­fineurs en dehors de l’É­tat peu­vent fab­ri­quer. Les fab­ri­cants de car­bu­rant de l’É­tat doivent égale­ment acquérir des crédits coû­teux pour com­penser les car­bu­rants à forte inten­sité de car­bone tels que l’essence et le diesel, en plus de se con­former aux man­dats fédéraux en matière de bio­car­bu­rants. Tous ces élé­ments aug­mentent le coût à la pompe.

Les stocks d’essence de la côte ouest sont à leur plus bas niveau saison­nier en 13 ans à 34,4 mil­lions de bar­ils, selon les don­nées de l’En­er­gy Infor­ma­tion Admin­is­tra­tion. La pro­duc­tion locale de car­bu­rant en Cal­i­fornie devrait encore dimin­uer à mesure que davan­tage de raf­finer­ies se con­ver­tis­sent en instal­la­tions de car­bu­rant renou­ve­lable plus petites.

Selon Marie Mont­gomery de l’Au­to­mo­bile Club de Cal­i­fornie du Sud, les prix élevés à la pompe pour­raient ne pas empêch­er les con­duc­teurs de mod­i­fi­er leurs plans de road trip pen­dant les vacances de print­emps. “Mais 5 $ le gal­lon sera un sig­nal d’alarme” pour de nom­breux con­duc­teurs, a‑t-elle déclaré.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*