NEWS: Kenya
KFC annonce une pénurie de pomme de terre et se fait lyncher.

Lun­di, les Kenyans sur Twit­ter étaient furieux après que le mag­a­sin de restau­ra­tion rapi­de Ken­tucky Fried Chick­en (KFC) a annon­cé qu’il n’avait plus de pommes de terre.

Dans un com­mu­niqué, KFC a déclaré que les Kenyans ont adoré leurs chips pen­dant la sai­son des fêtes, dont ils sont main­tenant à court.

Le mag­a­sin de restau­ra­tion rapi­de a déclaré que, tout en s’ef­forçant de résoudre la pénurie de pommes de terre, il pro­posera des alter­na­tives, notam­ment des petits pains et de l’ugali.

“Fam, c’é­tait vrai­ment un Fura­ha en décem­bre. Mliku­la shere­he avec vos favoris KFC. Vous avez un peu trop aimé nos chips, et nous en sommes à court”, a tweeté KFC.

« Désolé ! Notre équipe tra­vaille dur pour résoudre le prob­lème. En atten­dant, voici quelques options SWAP pour les repas com­binés si vous avez envie de notre Kuku. »

KFC, aux côtés d’autres étab­lisse­ments de restau­ra­tion rapi­de, a importé des pommes de terre de l’é­tranger, « pour se con­former aux normes inter­na­tionales » des dif­férentes franchises.

La pro­duc­tion de pommes de terre est égale­ment en baisse, de nom­breux pays sig­nalant des pénuries en décem­bre 2021. Les États-Unis, le Japon et l’Afrique du Sud font par­tie des pays qui ont sig­nalé des pénuries.

Selon Busi­ness Dai­ly, le  PDG de KFC pour l’Afrique de l’Est, Jacques The­unis­sen attribue la pénurie aux retards des lignes mar­itimes dus à la pandémie de Covid-19.

“Les navires ont été retardés depuis plus d’un mois main­tenant, mais nous tra­vail­lons dur pour les restau­r­er car les pre­miers con­teneurs arrivent dans le port demain (mar­di).”

L’an­nonce, cepen­dant, n’é­tait pas de bon augure avec de nom­breux Kenyans qui ont exprimé leur décep­tion, se deman­dant pourquoi KFC ne pou­vait pas s’ap­pro­vi­sion­ner en pommes de terre localement.Zone con­tenant les pièces jointes

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*