NEWS: Russie
La police russe arrête plus de 2000 manifestants contre la guerre en Ukraine.

Police detain a demonstrator during an action against Russia's attack on Ukraine in St. Petersburg, Russia, Saturday, Feb. 26, 2022. Protests against the Russian invasion of Ukraine resumed on Saturday evening, with people taking to the streets of Moscow and St. Petersburg for the third straight day despite mass arrests. OVD-Info rights group reported that at least 325 people were detained in 26 Russian cities on Saturday in antiwar protests, nearly half of them in Moscow. (AP Photo/Dmitri Lovetsky)

La police russe a arrêté plus de 2 000 man­i­fes­tants anti-guerre à tra­vers le pays, a déclaré un obser­va­teur indépen­dant, le qua­trième jour de l’in­va­sion de l’Ukraine par le prési­dent Vladimir Pou­tine, qui a pris de nom­breux Russ­es par surprise.

OVD-Info, qui doc­u­mente depuis des années la répres­sion de l’op­po­si­tion russe, a déclaré que 2 114 man­i­fes­tants avaient été arrêtés dimanche.

La Turquie qual­i­fie l’in­va­sion de l’Ukraine par la Russie de “
Cela a porté à 5 250 le nom­bre de man­i­fes­tants arrêtés depuis que Pou­tine a lancé l’in­va­sion aux pre­mières heures de jeu­di, a indiqué l’observateur.

À Moscou, la police anti-émeute était sou­vent plus nom­breuse que les man­i­fes­tants, dont cer­tains por­taient des pan­car­tes man­u­scrites avec des signes de paix et des slo­gans anti-guerre en russe et en ukrainien. Cer­tains por­taient des masques avec le mot “Assez” inscrit sur le devant.

Un jour­nal­iste de la chaîne de télévi­sion indépen­dante Dozhd a été arrêté pen­dant les man­i­fes­ta­tions alors qu’il avait mon­tré son accrédi­ta­tion à la police et por­tait un gilet de presse.

Devant le grand mag­a­sin haut de gamme Gostiny Dvor, dans le cen­tre-ville de Saint-Péters­bourg, des cen­taines de man­i­fes­tants anti-guerre se sont rassem­blés, se don­nant les bras et scandant.

Beau­coup tenaient des affich­es sur lesquelles on pou­vait lire « Non à la guerre », « Les Russ­es ren­trent chez eux » et « Paix à l’Ukraine ».

“C’est dom­mage que nous soyons des cen­taines, voire des mil­liers, et non des mil­lions”, a déclaré l’ingénieur de 35 ans Vladimir Vilokhonov, qui a par­ticipé à la manifestation.

Une autre man­i­fes­tante, Aly­ona Stepano­va, 25 ans, est venue à la man­i­fes­ta­tion avec un sac embal­lé au cas où « on nous emmènerait ».

“Nous pen­sons qu’il est de notre devoir de venir ici”, a‑t-elle déclaré.

La police anti-émeute a ten­té d’as­sour­dir leurs cris anti-guerre en dif­fu­sant de la musique patriotique.

« Je suis con­tre la guerre. Je suis née en 1941 et je sais ce que cela sig­ni­fie », a déclaré Vale­ria Andreye­va, née l’an­née où l’Alle­magne nazie a attaqué l’U­nion soviétique.

Les man­i­fes­ta­tions de dimanche ont coïn­cidé avec le sep­tième anniver­saire de l’as­sas­si­nat du politi­cien de l’op­po­si­tion Boris Nemtsov.

À Moscou, cer­taines des arresta­tions ont eu lieu dans un mémo­r­i­al impro­visé juste à l’ex­térieur du Krem­lin, sur le site où Nemtsov a été abat­tu, a déclaré un témoin de Reuters. « Non à la guerre ! a crié l’un des man­i­fes­tants alors qu’il était emmené par la police.

Nemtsov était un émi­nent cri­tique de Pou­tine, de l’an­nex­ion de la Crimée par la Russie en 2014 et du sou­tien de Moscou aux séparatistes pro-russ­es en Ukraine, ce qui a finale­ment con­duit à ce que Pou­tine qual­i­fie d’ ”opéra­tion spé­ciale” pour pro­téger deux régions séparatistes, bien que ses troupes se bat­tent dans l’Ukraine élargie.

Les alliés occi­den­taux de l’Ukraine ont imposé des sanc­tions sans précé­dent en réponse à l’in­va­sion ter­restre, mar­itime et aéri­enne de la Russie.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*