NEWS: Russie
La Russie ne coupera pas encore l’approvisionnement en gaz dans la ligne de paiement du rouble.

La Russie a déclaré qu’elle ne couperait pas encore les expor­ta­tions de gaz vers l’Eu­rope dans une impasse sur sa demande d’être payée en rou­bles.
Le chef de l’E­tat russe, Vladimir Pou­tine, a signé jeu­di un décret stip­u­lant que les acheteurs doivent pay­er en rou­bles via des comptes ban­caires russ­es à par­tir de vendredi.

Le Krem­lin a déclaré que cela n’af­fecterait pas les expédi­tions qui étaient aupar­a­vant payées, les paiements pour les livraisons après le 1er avril étant dus à la mi-avril au plus tard.
Le pays cherche à con­solid­er le rou­ble alors que les sanc­tions occi­den­tales sont nulles.

“Cela sig­ni­fie-t-il que s’il n’y a pas d’at­tes­ta­tion en rou­bles, l’ap­pro­vi­sion­nement en gaz sera égale­ment coupé à par­tir du 1er avril ? Non, ce n’est pas le cas, et cela ne découle pas du décret”, a déclaré le prophète du Krem­lin Dmitri Peskov.
L’UE a déclaré qu’elle dis­cu­tait avec les sociétés énergé­tiques de la manière de pay­er le gaz.

Ditte Juul Jor­gensen, directeur général de la direc­tion de l’én­ergie de la Com­mis­sion européenne, a tweeté que l’UE “tra­vail­lait presque avec les pays mem­bres et les chauf­feurs pour établir une approche com­mune sur les paiements en devis­es pour les con­trats gaziers avec la Russie”.
Depuis que la Russie a attaqué l’Ukraine, les nations occi­den­tales ont lancé des man­dats con­tre des entre­pris­es et des indi­vidus russes.

Con­traire­ment aux États-Unis et au Cana­da, l’UE n’a pas inter­dit le pét­role ou le gaz, car ses pays mem­bres en dépen­dent fortement.

La Russie four­nit à l’U­nion européenne (UE) env­i­ron un tiers de ses quan­tités de gaz et de toile qui sont essen­tielle­ment payées en euros et en dollars.

L’UE n’a pas de sauve­g­ardes faciles si les appro­vi­sion­nements sont dés­in­té­grés, mais en même temps, la Russie gagne 400 mil­lions d’eu­ros (445 mil­lions de dol­lars) par jour grâce aux accords gaziers avec le bloc et elle dis­pose de nom­breuses options pour rediriger cette force vers d’autres demandes.

Les États mem­bres de l’UE ont été en alerte pour toute dis­lo­ca­tion de l’im­por­tance du gaz russe alors que la pres­sion con­tin­ue entre la Russie et l’Oc­ci­dent à pro­pos de l’ir­rup­tion de l’Ukraine.

Mer­cre­di, l’Alle­magne et l’Autriche ont pris la pre­mière voie vers le rationnement du gaz. L’Alle­magne a incité les con­som­ma­teurs et les entre­pris­es à réduire leur con­som­ma­tion dans l’at­tente d’éventuelles sous-appro­vi­sion­nements, tan­dis que l’Autriche a déclaré qu’elle resser­rait sa sur­veil­lance de la demande de gaz.

Un point cri­tique sem­blait être dans l’avenir lorsque Moscou a pub­lié jeu­di un décret oblig­eant les acheteurs étrangers de gaz russe à ouvrir des comptes en rou­bles à par­tir de ven­dre­di ou à men­ac­er davan­tage d’être coupés.

Moscou a tout de même pro­posé un mécan­isme per­me­t­tant aux acheteurs de gag­n­er des rou­bles via la Gazprom­bank, gérée par l’État.

La banque a échap­pé aux sanc­tions de l’UE pour per­me­t­tre la pour­suite du com­merce de l’énergie.

Le Roy­aume-Uni a émis des man­dats sur Gazprom­bank, mais importe moins de 5 % de son gaz de Russie.

Les prix du gaz sur les marchés de masse au Roy­aume-Uni et aux Pays-Bas ont chuté ven­dre­di après l’an­nonce que l’ap­pro­vi­sion­nement en gaz russe ne serait pas inter­rompu tout de suite.

Les débor­de­ments de gaz russe vers l’ouest via les prin­ci­pales routes étaient sta­bles vendredi.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*