NEWS: UKRAINE IN WAR
Les géants du design français mettent un terme à leurs ventes en Russie.

File photo dated June 2011 of the Louis Vuitton flagship store on the Champs Elysees in Paris, France. Vendome sold part of the brand rights of its name to Louis Vuitton. In 2018, shortly after the announcement of the flagship brand of the LVMH group of its intention to set up a leather goods workshop in this small town of Loir-et-Cher, located less than 200 kilometers south of Paris, France, the municipality sold the Vendome brand for 10,000 Euros for its leather products. It did it again at the start of the year, ceding her brand for the same amount, this time for jewelry products. Photo by Alain Apaydin/Abaca/Sipa USA(Sipa via AP Images)

Les géants du luxe français ont décidé de se join­dre à d’autres entre­pris­es pour annon­cer qu’ils sus­pendraient leurs ventes en Russie au milieu de la guerre en cours en Ukraine.

LVMH, Her­mès, Ker­ing et Chanel ont décidé de fer­mer tem­po­raire­ment leurs mag­a­sins en Russie, ont annon­cé ven­dre­di les entreprises.

Il fait suite aux appels des mag­a­sins haut de gamme ukrainiens à “se lever” après l’in­va­sion du pays.

Jusqu’à présent, les détail­lants de luxe ont été large­ment exclus des sanc­tions intro­duites par les gou­verne­ments occidentaux.

Mais beau­coup ont trou­vé plus dif­fi­cile de faire des affaires et de rem­plir des com­man­des dans la région, après les mesures intro­duites par le Roy­aume-Uni, l’U­nion européenne et les États-Unis.

Le fab­ri­cant de sacs Birkin coû­teux Her­mès et le pro­prié­taire suisse de Carti­er Richemont ont été par­mi les pre­mières entre­pris­es à annon­cer qu’elles feraient une pause en Russie.

LVMH, qui pos­sède des mar­ques telles que Chris­t­ian Dior, Givenchy et Bul­gari entre autres, fer­mera ses 124 bou­tiques dans le pays à par­tir de dimanche.

Chanel, célèbre pour ses vestes bouclées, a déclaré dans un post sur LinkedIn : “Compte tenu de nos inquié­tudes crois­santes con­cer­nant la sit­u­a­tion actuelle, l’in­cer­ti­tude crois­sante et la com­plex­ité à opér­er, Chanel a décidé de sus­pendre tem­po­raire­ment ses activ­ités en Russie”.

Ker­ing, qui abrite Guc­ci et Saint Lau­rent, pos­sède deux bou­tiques en Russie, ain­si que 180 employés dans le pays.

La société française a déclaré que sa déci­sion était due à “des inquié­tudes crois­santes con­cer­nant la sit­u­a­tion actuelle en Europe”.

Cela vient après qu’un cadre d’un grand mag­a­sin ukrainien de luxe a déclaré à la BBC que les entre­pris­es haut de gamme devaient “choisir l’hu­man­ité plutôt que le gain monétaire”.

Marusya Koval, direc­trice mar­ket­ing de Tsum Kyiv, a souligné que cer­taines entre­pris­es ont promis une aide, mais n’ont pas pré­cisé si elles cesseraient de ven­dre leurs pro­duits en Russie.

Marusya Koval a déclaré que les mar­ques de mode devaient faire plus pour l’Ukraine
Elle a déclaré que les mar­ques pub­liant des pub­li­ca­tions sur les réseaux soci­aux en sou­tien à l’Ukraine “ne nous aideront pas à arrêter la guerre”.

La mai­son de cou­ture Pra­da, par exem­ple, n’a pas répon­du aux deman­des de com­men­taires de BBC News pour savoir si elle cesserait de ven­dre ses pro­duits en Russie.

Dans un post Insta­gram plus tôt cette semaine, il a déclaré que la guerre en Ukraine était “une grande préoccupation”.

D’in­nom­brables autres entre­pris­es ont déjà annon­cé leur inten­tion de se retir­er de la Russie après son inva­sion de l’Ukraine.

Gior­gio Armani n’a pas dit s’il prévoy­ait d’ar­rêter les ventes en Russie, mais M. Armani a déclaré qu’il avait dit à son équipe de ne jouer aucune musique lors de son récent défilé de mode à Paris pour “com­mu­ni­quer que nous ne célébrons pas ici”.

Le grand mag­a­sin Tsum Kyiv, comme d’autres détail­lants du marché ukrainien, ferme ses portes à mesure que les troupes russ­es avan­cent sur la capitale.

Mme Koval a déclaré qu’elle souhaitait voir l’in­dus­trie de la mode et du luxe “réa­gir immé­di­ate­ment en imposant des sanc­tions aux mar­ques, mag­a­sins et détail­lants russes”.

Alors que les Russ­es aisés sont de grands con­som­ma­teurs de pro­duits de luxe, les ana­lystes affir­ment que la pro­por­tion des ventes de luxe générées en Russie est faible par rap­port aux marchés clés de l’in­dus­trie — la Chine et les États-Unis.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*