Une mère euthanasiée dans une clinique suisse de suicide pour punir son mari

Une mère "a été euthanasiée dans une clinique suisse de suicide pour punir son mari
Please fol­low and like us:
Pin Share

Une mère de trois enfants se sui­cide dans une clin­ique suisse pour punir son mari avo­cat après une bataille juridique acharnée

Une mère de trois enfants, Cather­ine Kassenoff, 54 ans, orig­i­naire de Westch­ester, s’est sui­cidée dans une clin­ique suisse l’an­née dernière, affirme-t-on, dans le but de punir son mari avo­cat avec lequel elle était en con­flit pour la garde de leurs enfants.

Mme Kassenoff, qui était une avo­cate à suc­cès, aurait affir­mé que son mari Allan Kassenoff la mal­traitait, elle et leurs enfants, depuis des années, ce qui l’au­rait poussée à se don­ner la mort au milieu de leur bataille pour la garde. 

Bien que M. Kassenoff ait obtenu la garde exclu­sive de leurs trois filles, sa femme a choisi de se sui­cider après avoir per­du ses droits de vis­ite et avoir été diag­nos­tiquée d’un can­cer en phase terminale.

De nou­veaux détails trou­blants ont depuis émergé sur son sui­cide, notam­ment des allé­ga­tions selon lesquelles Mme Kassenoff aurait mal­traité sa fille adop­tée en “la trem­pant dans l’eau” toute la journée pour l’empêcher de dormir. 

Elle est accusée d’avoir traité ses autres filles, nées par fécon­da­tion in vit­ro, avec beau­coup plus de gentillesse.

Plusieurs anciennes nounou


s de la famille ont témoigné des mau­vais traite­ments infligés à la fille adop­tée, décrivant des scènes choquantes de puni­tions sévères.

Mal­gré cela, son mari a obtenu la garde exclu­sive des trois enfants après que les éval­u­a­tions d’un expert neu­tre aient con­clu qu’il s’agis­sait de la meilleure déci­sion pour leur bien-être.

Aujour­d’hui, plus d’un an après le sui­cide de Mme Kassenoff, son mari n’est tou­jours pas con­va­in­cu qu’elle soit défini­tive­ment décédée, mal­gré les cer­ti­fi­cats de décès reçus. 

Le drame a égale­ment con­duit à la perte de son emploi d’av­o­cat suite à la dif­fu­sion en ligne de vidéos trou­blantes de leur bataille judiciaire.

Please fol­low and like us:
Pin Share

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*