SCIENCE: VUE DANS L’ESPACE
Une comète de 137 km de large est officiellement la plus grande comète jamais observée.

Le nou­veau record, rap­porté sur le site Web de préim­pres­sion arX­iv et main­tenant accep­té pour pub­li­ca­tion dans la revue Astron­o­my and Astro­physics Let­ters, fait pass­er la comète Hale-Bopp de la pre­mière place. Hale-Bopp a été décou­vert en 1995 et est devenu vis­i­ble à l’œil nu en 1996 ; il fai­sait env­i­ron 46 milles (74 kilo­mètres) de diamètre. Bernar­dinel­li-Bern­stein, égale­ment con­nue sous le nom de comète 2014 UN271, a main­tenant été cal­culée à env­i­ron 85 miles (137 km) de diamètre.

La comète Bernar­dinel­li-Bern­stein porte le nom de ses décou­vreurs, le cos­mol­o­giste de l’U­ni­ver­sité de Penn­syl­vanie Gary Bern­stein et le chercheur post­doc­tor­al de l’U­ni­ver­sité de Wash­ing­ton Pedro Bernar­dinel­li, qui ont repéré la comète pour la pre­mière fois dans l’ensem­ble de don­nées Dark Ener­gy Survey.

Les images mon­trant la comète datent de 2014, c’est pourquoi cette année fig­ure dans la désig­na­tion sci­en­tifique offi­cielle de la comète. Bernar­dinel­li et Berstein ont remar­qué que le petit point bougeait alors qu’ils étu­di­aient les images des années suivantes.

À cette époque, la comète était trop éloignée pour que les chercheurs aient une bonne idée de sa taille, bien qu’ils aient pu dire qu’elle était prob­a­ble­ment assez grande.

La comète est orig­i­naire du nuage d’Oort, un nuage de morceaux de glace et de roche planant au bord du sys­tème solaire. Son orbite l’emmène jusqu’à une année-lumière du soleil — et prend 5,5 mil­lions d’an­nées pour se terminer.

La comète se dirige actuelle­ment vers l’in­térieur du sys­tème solaire. Elle se rap­prochera de la Terre en 2031, mais pas trop près pour le con­fort : la comète restera juste à l’ex­térieur de l’or­bite de Sat­urne, a rap­porté Live Science.

La nou­velle recherche a été dirigée par Emmanuel Lel­louch, astronome à l’Ob­ser­va­toire de Paris, et a util­isé les don­nées du Ata­ca­ma Large Mil­lime­ter Array en Amérique du Sud, pris­es en août 2021 alors que la comète était à 19,6 UA. (Un AU est la dis­tance entre la Terre et le soleil et se traduit par env­i­ron 93 mil­lions de miles, ou 150 mil­lions de kilomètres.)

Les chercheurs ont étudié le ray­on­nement micro-ondes provenant de la masse de la comète. À par­tir de ces longueurs d’onde lumineuses réfléchies, l’équipe a pu déduire la taille de la comète. Il s’ag­it de la dis­tance la plus longue à laque­lle ce type de mesure ait été effec­tué aupar­a­vant, ont écrit les chercheurs dans leur nou­v­el article.

C’est exci­tant d’obtenir une mesure alors que la comète est encore si éloignée, ont ajouté les chercheurs, car Bernar­dinel­li-Bern­stein dimin­uera prob­a­ble­ment con­sid­érable­ment au moment où elle se rap­prochera de la Terre. Au fur et à mesure que la comète se rap­proche du soleil, sa queue de pous­sière et de gaz se dilate et son corps prin­ci­pal fond et rétrécit.

La comète ne sera pas vis­i­ble à l’œil nu, car Hale-Bopp était à son approche la plus proche, mais les sci­en­tifiques s’at­ten­dent à en appren­dre beau­coup sur les objets du nuage d’Oort du visiteur.

De grands téle­scopes comme l’At­a­ca­ma Array per­me­t­tront aux sci­en­tifiques d’en savoir plus sur la com­po­si­tion chim­ique de la comète lors de son pas­sage, ont écrit Lel­louch et ses col­lègues. Ils devraient égale­ment en savoir plus bien­tôt sur la tem­péra­ture, la rota­tion et la forme de la comète.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*