SPORT: Football
La Grande Bretagne gêle tous les avoirs de Roman Abramovich lui interdisant la vente de Chelsea.

Roman Abramovich a été inter­dit de ven­dre Chelsea après avoir été sanc­tion­né aujour­d’hui pour être un copain de Poutine.

Le club a été plongé dans les limbes ce matin après que l’oli­gar­que eut gelé ses avoirs et inter­dit de vis­iter ou de faire des affaires en Grande-Bretagne.

Chelsea a obtenu une licence spé­ciale du gou­verne­ment pour con­tin­uer à jouer, per­me­t­tant le coup d’en­voi du match de ce soir con­tre Norwich.

Les fans qui ont déjà des bil­lets pour­ront tou­jours assis­ter aux matchs, mais il est inter­dit au club de ven­dre plus de billets.

Cepen­dant, The Sun com­prend que Chelsea peut tou­jours libér­er des bil­lets pour des clubs rivaux afin que leurs sup­port­ers extérieurs puis­sent assis­ter aux matchs.

Il est égale­ment inter­dit à Chelsea de ven­dre des marchan­dis­es du club dans ses mag­a­sins offi­ciels. Les ban­des peu­vent tou­jours être achetées dans des mag­a­sins comme JD Sports, mais le club ne peut pas obtenir de réduction.

Cer­taines de leurs seules sources d’ar­gent restantes seront la vente de tartes et de ham­burg­ers aux fans de Stam­ford Bridge et les droits de diffusion.

Sous un nuage de copinage avec Pou­tine, Abramovic a mis le club sur le marché la semaine dernière et s’est engagé à con­sacr­er les béné­fices au con­flit ukrainien.

La nou­velle série de sanc­tions d’au­jour­d’hui empêchera une vente de se pro­duire à moins que les min­istres ne l’au­torisent spécifiquement.

Le gou­verne­ment “est ouvert” à une vente mais il est clair qu’Abramovich n’ob­tien­dra pas un sou.

Selon les ter­mes de la licence — qui expire le 31 mai — les joueurs et le per­son­nel peu­vent tou­jours être payés, mais Abramovich ne peut plus injecter d’ar­gent dans le club, lais­sant son avenir incertain.

Cela sig­ni­fiera prob­a­ble­ment un gel effec­tif des salaires pour les stars qui ne se ver­ront pas attribuer de nou­veaux contrats.

L’oli­gar­que mil­liar­daire russe fait par­tie des sept copains de Pou­tine sanc­tion­nés dans le cadre de la crise ukraini­enne
Abramovitch fait par­tie des sept copains de Pou­tine sanc­tion­nés aujour­d’hui pour con­tin­uer à tor­dre la vis à la Russie pour avoir mené une guerre cru­elle con­tre l’Ukraine.

Il a une valeur nette de 9,4 mil­liards de livres ster­ling et un porte­feuille immo­bili­er ten­tac­u­laire en Grande-Bre­tagne – qu’il ne peut plus vis­iter après avoir été frap­pé d’une inter­dic­tion de voyager.

Une par­tie de la richesse d’Abramovich com­prend égale­ment un manoir Code d’Azur qui a été habité par le roi Edward, qui a abdiqué le trône bri­tan­nique en 1936, ain­si qu’un chalet de ski de style oblig­ataire et un ranch aux États-Unis.

Il a acheté Chelsea en 2003 mais n’a pas assisté à un match à Stam­ford Bridge depuis des mois.

Le dernier match à domi­cile auquel Abramovich a assisté a eu lieu lorsque Chelsea a fait match nul 1–1 avec Man Utd à Stam­ford Bridge en novem­bre 2021.

Le pro­prié­taire des Blues a ensuite été vu célébr­er lorsque son équipe est dev­enue cham­pi­onne du monde à Abu Dhabi le 12 févri­er de cette année.

Le mil­liar­daire a été vu souri­ant ten­ant la Coupe du monde alors que Chelsea gag­nait 2–1 con­tre Palmeiras.

La secré­taire à la Cul­ture, Nadine Dor­ries, s’en­tre­tient aujour­d’hui avec la Pre­mier League et Chelsea – qui ne l’ont appris qu’à 9 heures du matin aujourd’hui.

Elle a déclaré: “Les clubs de foot­ball sont des atouts cul­turels et le fonde­ment de nos com­mu­nautés. Nous nous enga­geons à les protéger.”

Des sources ont déclaré qu’il était vital que Chelsea con­tin­ue de fonc­tion­ner car toute la Pre­mier League s’ef­fon­dr­erait si elle s’arrêtait.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*