SPORT: Football
Le gardien de but camerounais de l’Ajax victime d’un violent accident de voiture.

Le gar­di­en de but de l’A­jax, Andre Onana, aurait été impliqué dans un acci­dent de voiture écœu­rant alors qu’il se rendait pour jouer pour le Camer­oun lors de leur bar­rage de Coupe du monde con­tre l’Algérie.

Onana se rendait à Douala, la cap­i­tale du Camer­oun, lorsqu’il a été pris dans l’ac­ci­dent selon un rap­port, mais le jeune homme de 25 ans s’en est heureuse­ment sor­ti indemne.

Il se dirigeait vers le camp d’en­traîne­ment du Camer­oun à Douala au moment de l’in­ci­dent, ajoute le rap­port — sans qu’au­cune vic­time n’ait été sig­nalée dans la col­li­sion de l’un ou l’autre des véhicules.

Onana est tou­jours sur la bonne voie pour débuter pour le Camer­oun lors de leur Coupe du monde cru­ciale ven­dre­di mal­gré son impli­ca­tion dans l’in­ci­dent, indique-t-il.

Demi-final­iste de la Ligue des cham­pi­ons en 2019, Onana avait été classé comme l’un des jeunes gar­di­ens de but les plus exci­tants du foot­ball mon­di­al ces dernières années avant que sa car­rière ne soit gâchée par un test de dépistage de drogue raté.

Il a été ban­ni pen­dant un an par l’UE­FA après avoir été testé posi­tif au furosémide en févri­er dernier, mais a affir­mé qu’il avait acci­den­telle­ment pris les médica­ments de sa femme.

Après un appel, sa sus­pen­sion a été réduite à neuf mois par le Tri­bunal arbi­tral du sport (TAS) après avoir con­staté “aucune faute sig­ni­fica­tive” d’Onana.

Onana — qui quit­tera l’A­jax en trans­fert gra­tu­it cet été — a expliqué la douleur d’es­say­er d’ef­fac­er son nom et de rester con­cen­tré mal­gré son inca­pac­ité à met­tre le pied sur le ter­rain pen­dant sa suspension.

“C’est très sim­ple ce qui s’est passé”, a‑t-il déclaré en exclu­siv­ité à Sports­mail en décembre.

“Je me suis réveil­lé avec un mal de tête et j’ai pris une pilule”, dit-il à pro­pos des événe­ments d’oc­to­bre 2020. Il pen­sait qu’il pre­nait du Lita­col, que le club lui avait pre­scrit. Mais à la place, il a pris du Lasi­mac, pre­scrit à sa femme pour lut­ter con­tre la réten­tion d’eau. L’UEFA a recon­nu que les tablettes étaient très sim­i­laires en apparence et qu’il n’y avait aucune inten­tion de trich­er mais qu’il devait encore y avoir des conséquences.

«J’ai pris la tablette sans hésiter et quand j’ai été choisi pour les tests aléa­toires, j’ai été le pre­mier à tra­vers­er et à en finir.

Onana devrait tou­jours jouer pour le Camer­oun ven­dre­di mal­gré la col­li­sion choc

«En fin de compte, la loi dit que vous êtes respon­s­able de tout ce qui vous arrive. Si aujour­d’hui j’en­tre dans un mag­a­sin et que j’achète une bouteille d’eau et que l’eau est con­t­a­m­inée, c’est ma responsabilité.

Il a racon­té com­ment il se sen­tait comme “un paria” pen­dant son exil du jeu — craig­nant pour sa place dans l’équipe de l’A­jax et du Cameroun.

«Lorsque vous êtes ban­ni, vous ne pou­vez rien faire, vous ne pou­vez même pas met­tre le pied sur le ter­rain (d’en­traîne­ment normal).

“La pre­mière chose que j’ai faite a été de con­stituer une équipe d’en­traîneurs, mais ce n’est pas facile de trou­ver un entraîneur qual­i­fié qui ne tra­vaille pas. Il faut trou­ver son psy­cho­logue, son pré­para­teur physique, un kiné et un nutritionniste.

«J’ai essayé de tou­jours voir le côté posi­tif, mais il y a des moments où vous ne pou­vez pas le trou­ver. En tant que gar­di­en de but, c’est dif­fi­cile. Main­tenant, quelqu’un d’autre joue à votre place. Un seul peut jouer à ce poste.

Onana a été lié à un cer­tain nom­bre de meilleures équipes au fil des ans – y com­pris Arse­nal – avant que son test raté ne fasse dérailler un trans­fert vers une meilleure équipe à tra­vers le continent.

Onana — qui quit­tera l’A­jax en trans­fert gra­tu­it cet été — a admis que le foot­ball lui avait “tourné le dos”

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*