SPORT: Football
L’UEFA délocalise la finale de la Champions Leauge de Saint-Pétersbourg à Paris après l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Le match, qui devait avoir lieu le 28 mai, se déroulera désor­mais au Stade de France.

C’est la deux­ième fois que la finale aura lieu au stade français — la pre­mière ayant eu lieu il y a 16 ans lorsque Barcelone a bat­tu Arsenal.

Les chefs du foot­ball européen avaient pré­paré le ter­rain pour une déci­sion sur la pièce maîtresse, avec Lon­dres par­mi l’un des sites alternatifs.

Mais l’am­pleur de l’in­va­sion de l’Ukraine par la Russie a for­cé le prob­lème, l’UE­FA recon­nais­sant qu’une action immé­di­ate devait être prise.

Les patrons de l’UE­FA ont eu des entre­tiens inten­sifs ven­dre­di et sont arrivés à la con­clu­sion qu’il devait être déplacé.

Et cela aug­mentera égale­ment la pres­sion sur la FIFA pour qu’elle agisse et expulse la Russie de son bar­rage de Coupe du monde avec la Pologne, qui doit se jouer à Moscou le 24 mars.

Les chefs de la FA polon­aise ont déjà fait part de leurs “inquié­tudes” à l’idée d’être oblig­és de jouer à Moscou après que le gou­verne­ment du pays a con­damné l’a­gres­sion de la Russie.

Mais il sem­ble désor­mais impos­si­ble que le match se déroule comme prévu — et de plus en plus improb­a­ble que d’autres nations acceptent l’im­pli­ca­tion con­tin­ue de la Russie dans le football.

Cela pour­rait voir l’UE­FA être invitée à inter­dire TOUTES les équipes de clubs russes.

Mais l’UE­FA est égale­ment sous pres­sion pour déchir­er son con­trat de par­rainage de la Ligue des cham­pi­ons avec Gazprom.

La crise qui enveloppe l’Eu­rope sig­ni­fie désor­mais que le sport — et le foot­ball en par­ti­c­uli­er — est un acteur clé du scénario.

L’Alle­magne et le Japon ont tous deux été inter­dits de qual­i­fi­ca­tion pour la Coupe du monde 1950 au lende­main de la Sec­onde Guerre mondiale.

Et l’Afrique du Sud a été expul­sée de la Fifa en 1961, pas­sant 35 ans dans le désert pour sanc­tion­nert le régime de l’apartheid.

Plus tôt cette semaine, des mem­bres du Par­lement européen ont écrit au patron de l’UE­FA Alek­sander Ceferin, lui dis­ant : “L’UEFA doit agir maintenant”.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*