SPORT: Football Mauricio Pochettino fait face au limogeage après que l’équipe du PSG a été éliminée de la Ligue des Champions par le Real Madrid.

Mauri­cio Pochet­ti­no fait face au limo­geage du Paris Saint-Ger­main après avoir super­visé sa capit­u­la­tion en Ligue des cham­pi­ons con­tre le Real Madrid.

Le Parisien en France a déclaré que Pochet­ti­no et le directeur sportif du club français Leonar­do paieraient tous les deux le prix de la défaite, qui s’est pro­duite grâce à un superbe triplé de 17 min­utes de Karim Benzema.

“Le présent est tout ce que je peux gér­er”, a déclaré le man­ag­er sous le feu après que la défaite 3–1 les ait vus s’écras­er hors d’Europe.

« Quant à l’avenir, ce qui sera sera. Nous jouons pour con­courir et pour gag­n­er. C’est un coup dur à encaiss­er mais il faut garder la tête froide maintenant.

Cette réponse «que sera sera» ne plaira pas au prési­dent du club, Nass­er Al-Khe­laifi, qui, selon la jour­nal­iste de télévi­sion espag­nole Mon­i­ca Marchante, était incan­des­cent de rage après la défaite.

Il y a eu de graves accu­sa­tions selon lesquelles le prési­dent du PSG aurait frap­pé aux portes à la recherche du ves­ti­aire de l’ar­bi­tre après le match.

Pochet­ti­no a égale­ment blâmé les offi­ciels du match. ‘Com­ment puis-je l’ex­pli­quer? C’est facile à expli­quer. Mais je pense que la plus grosse erreur vient du VAR pour son pre­mier but », a‑t-il déclaré.

«Lorsque nous avons con­cédé les nerfs et avec le sen­ti­ment d’in­jus­tice, nous étions trop ouverts pour con­céder davan­tage. A 1–1, nous étions encore qual­i­fiés mais nous en avons con­cédé deux autres.

“Madrid n’avait rien à per­dre à 1–1 pour pro­longer le match et nous n’avons pas pu réa­gir à la situation.”

Cette semaine a mar­qué le cinquième anniver­saire de la défaite du PSG 6–1 face à Barcelone après avoir mené dès le match aller 4–0. C’est encore pire pour le club français qui a ajouté Lionel Mes­si à Kylian Mbappe et Ney­mar dans le but de rem­porter sa pre­mière Ligue des champions.

Un Car­lo Ancelot­ti vic­to­rieux a quant à lui déclaré: “C’é­tait la magie du stade avec une his­toire fan­tas­tique et un club avec une his­toire fan­tas­tique.” C’est une nuit inoubliable.

“Le jeu a changé après leur pre­mier but et l’am­biance a été la clé de cela.”

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*