SPORT: Football
Roman Abramovich et 2 négociateurs du conflit en Ukraine auraient été empoisonnés.

Roman Abramovich a été vic­time d’un empoi­son­nement pré­sumé avec des médi­a­teurs de paix ukrainiens avant ce mois-ci, ont indiqué des sources.

Le pro­prié­taire du Chelsea FC aurait été empoi­son­né il y a quelques semaines à peine après une réu­nion dans la cap­i­tale ukraini­enne de Kiev alors qu’il agis­sait en tant que “médi­a­teur” dans la guerre russe en Ukraine, rap­porte le Wall Street Journal.

À la suite de la réu­nion à Kiev, Abramovich ain­si que deux mem­bres âgés du groupe ukrainien ont dévelop­pé des symp­tômes com­prenant des yeux rouges, des lar­moiements douloureux aus­si facile­ment que la desqua­ma­tion de la peau du vis­age et des mains, ont indiqué des sources à la gazette.

des com­men­ta­teurs de Belling­cat attes­tent que trois mem­bres de la délé­ga­tion — dont Abramovitch — par­tic­i­pant aux pour­par­lers de paix entre l’Ukraine et la Russie le 3 mars ont souf­fert de “symp­tômes cohérents avec un empoi­son­nement aux armes chimiques”.

Abramovich, un autre entre­pre­neur russe et député ukrainien Rustem Umerov avait par­ticipé aux com­pro­mis, les pour­par­lers ayant duré jusqu’à env­i­ron 22 heures, a déclaré le site d’in­for­ma­tion d’in­ves­ti­ga­tion Bellingcat.

Les trois mem­bres de la délé­ga­tion ont quit­té les pour­par­lers le 3 mars dans un apparte­ment à Kiev plus tard dans la nuit.
Pen­dant leur séjour, ils souf­fraient tous d’in­flam­ma­tion des yeux et de la peau et de douleurs ocu­laires aiguës jusqu’au matin suiv­ant. Les trois hommes n’avaient con­som­mé que du choco­lat et de l’eau dans les heures précé­dant l’ap­pari­tion des symptômes.

Un qua­trième mem­bre de l’équipe qui a égale­ment con­som­mé la même nour­ri­t­ure et la même eau n’a pas souf­fert de symp­tômes.
Le jour suiv­ant, le 4 mars, Abramovich, Umerov et l’autre médi­a­teur ont con­duit de Kiev à la méga­pole ukraini­enne de Lviv, tan­dis qu’ils se rendaient en Pologne et à Istan­bul pour pour­suiv­re les compromis.

Des spé­cial­istes des armes chim­iques et un enquê­teur de Belling­cat ont procédé à des exa­m­ens des trois hommes et ont con­clu que les symp­tômes étaient très prob­a­ble­ment le résul­tat d’un empoi­son­nement délibéré avec une arme chim­ique indéter­minée.
Les symp­tômes endurés par Abramovich et les deux autres médi­a­teurs se sont atténués à la fin de la semaine suivante.

Des sources ont déclaré au WSJ qu’elles cri­ti­quaient l’at­taque d’empoisonnement pré­sumée con­tre les par­ti­sans de la ligne dure à Moscou qui voulaient ruin­er les pour­par­lers pour met­tre fin à la guerre.
Le pro­prié­taire du Chelsea FC aurait fait la navette entre Istan­bul, Moscou et Kiev pour assur­er les com­mu­ni­ca­tions entre Vladimir Pou­tine et Volodymyr Zelensky.

Mais lorsqu’on lui a remis une note du chef de l’É­tat ukrainien décrivant les con­di­tions de paix, le dic­ta­teur russe aurait éclaté de fureur.
Abramovich a ten­té de sauver sa renom­mée après avoir été scan­dal­isé par les sanc­tions du Roy­aume-Uni et de l’UE en rai­son de sa prox­im­ité avec Poutine.

Ses moyens ont été gelés à tra­vers la Grande-Bre­tagne et le con­ti­nent et il a lancé un accord d’in­cendie sur la pro­priété de Lon­dres ain­si que sur le foot­ball de Chelsea.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*