SPORT: JEUX OLYMPIQUES 2022
la compétition perturbée par de fortes chutes de neige.

Les qual­i­fi­ca­tions féminines de frees­ki ont été reportées dimanche en rai­son de fortes chutes de neige et d’une mau­vaise visibilité.

Les con­di­tions dif­fi­ciles au ski alpin ont empêché 33 des 87 par­tants du slalom géant mas­culin de terminer.

Le Norvégien Hen­rik Kristof­fersen, qui a ter­miné qua­trième de la manche d’ou­ver­ture, a util­isé un juron lorsqu’on lui a demandé de décrire à quel point il pou­vait voir dans la neige ven­teuse du Cen­tre nation­al de ski alpin de Yanqing.

Plus de neige est prévue lun­di, avec des tem­péra­tures dans les mon­tagnes qui devraient encore baiss­er et attein­dre ‑35 ° C avec le refroidisse­ment éolien.

La qual­i­fi­ca­tion fémi­nine de frees­ki slopestyle devait débuter dimanche à 10h00 heure locale (02h00 GMT).
Ironique­ment, la dif­fi­culté causée par la neige fraîche est sur­v­enue après que les Jeux eurent été cri­tiqués pour avoir été les pre­miers Jeux olympiques d’hiv­er à dépen­dre presque à 100 % de la neige artificielle.

La neige arti­fi­cielle util­isée à Bei­jing 2022 “pose des ques­tions envi­ron­nemen­tales dif­fi­ciles” avec plus de 222 mil­lions de litres d’eau néces­saires pour créer des con­di­tions de neige, ont déclaré des experts en écolo­gie le mois dernier.

Les pistes féminines de frees­ki slopestyle — met­tant en vedette Kirsty Muir et Katie Sum­mer­hayes de GB — ont été repoussées à lundi.

En ski alpin, la deux­ième manche du slalom géant mas­culin a été retardée par les chutes de neige et a néces­sité des heures d’en­tre­tien sur la piste pour que l’épreuve reprenne à 07h00 GMT.

Le Norvégien Hen­rik Kristof­fersen a ter­miné qua­trième de la pre­mière manche du slalom géant mas­culin, mal­gré des dif­fi­cultés à voir dans les con­di­tions
“La neige est un peu iné­gale, donc c’est assez agres­sif par endroits, un peu glis­sant”, a déclaré Kristoffersen.

“Je pense que c’é­tait dif­fi­cile pour tout le monde.”

Sur la ques­tion de savoir s’il était sûr de courir, il a ajouté: “Cer­taine­ment. La lumière est plus que ski­able, c’est sûr, cela rend les choses difficiles.”

La ville enreg­istre en moyenne moins d’un demi-pouce de neige au cours du mois, mais était recou­verte d’une épaisse cou­ver­ture dimanche.

Cepen­dant, la chute n’a pas eu d’im­pact sur le cal­en­dri­er des Jeux dans la ville. Des événe­ments tels que le curl­ing, le hock­ey sur glace et le pati­nage de vitesse ont eu lieu dans des arènes cou­vertes dans la zone de Pékin.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*