SPORT: Opposant farouche au vaccin anti Covid, Le champion de kickboxing Frederic Sinistra est décédé des suites de complications de Covid.

L’homme de 41 ans, con­nu sous le nom de The Under­tak­er, est décédé à son domi­cile de Ciney, en Bel­gique, après avoir décidé de traiter lui-même le “petit virus” (selon ses ter­mes) à domicile.

Il est décédé à l’âge de 41 ans, à son domi­cile de Ciney, en Bel­gique
Le triple cham­pi­on du monde qui a été con­traint de se faire soign­er par son entraîneur en novem­bre a partagé des pho­tos de lui-même dans un lit d’hôpi­tal en soins inten­sifs res­pi­rant à tra­vers un tube à oxygène.

Après être sor­ti de l’hôpi­tal, le com­bat­tant poids lourd se serait soigné avec de l’oxygène à domicile.

Cela survient alors qu’une série d’é­tudes extrême­ment pos­i­tives mon­trent qu’Omi­cron est plus doux que les autres souch­es, le pre­mier rap­port offi­ciel bri­tan­nique révélant que le risque d’hos­pi­tal­i­sa­tion est de 50 à 70 % inférieur à celui de Delta.

Les injec­tions de rap­pel de Covid pro­tè­gent con­tre Omi­cron et offrent la meilleure chance de tra­vers­er la pandémie, ont déclaré à plusieurs repris­es les respon­s­ables de la santé.

 

L’ath­lète avait déjà partagé une vidéo dans laque­lle on pou­vait le voir lut­ter pour respir­er, affir­mant dans la légende qu’il n’avait “pas de temps à per­dre avec des paresseux”.

Sin­is­tra était active en ligne pour la dernière fois le 13 décem­bre, mais est décédée deux jours plus tard après un arrêt cardiaque.

Il a été admis à l’hôpi­tal après y avoir été con­traint par son entraîneur Osman Yigin, selon Sudinfo.

Sa mort survient alors que la France a sig­nalé un record de 100 000 cas de Covid par jour alors que la vari­ante Omi­cron déchire le pays.

Les médecins affir­ment que la majorité des patients ne sont pas vac­cinés, ajoutant que le per­son­nel hos­pi­tal­ier est épuisé au milieu de la flam­bée des admis­sions à l’hôpital.

Les chiffres ont révélé que ceux qui n’ont pas été vac­cinés con­tre le virus sont 60 fois plus sus­cep­ti­bles de se retrou­ver en soins intensifs.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*