TECH: L’Ukraine accuse la Russie d’une cyberattaque contre des sites Web de son gouvernement.

Des pirates infor­ma­tiques ont mené des attaques sur plusieurs sites Web du gou­verne­ment ukrainien, notam­ment le min­istère des Affaires étrangères, le min­istère de l’É­d­u­ca­tion et des Sci­ences, le Ser­vice d’É­tat pour les sit­u­a­tions d’ur­gence et d’autres, apparem­ment par les médias locaux. Cette attaque con­tre les ressources Web du gou­verne­ment ukrainien est la plus impor­tante des qua­tre dernières années. (Pho­to Illus­tra­tion par Pavlo Gonchar/SOPA Images/LightRocket via Get­ty Images)
Pavlo Gonchar/SOPA Images/LightRocket via Get­ty Images
L’Ukraine n’hésite pas à point­er du doigt une cyber­at­taque majeure qui a entravé des dizaines de sites Web gou­verne­men­taux. Comme le rap­porte The Guardian, le min­istère ukrainien de la trans­for­ma­tion numérique a blâmé la Russie pour le piratage, accu­sant le pays de men­er une « guerre hybride » des­tinée à « désta­bilis­er » une sit­u­a­tion déjà ten­due et à éroder la con­fi­ance dans le gou­verne­ment ukrainien. Bien que les respon­s­ables n’aient pas pré­cisé les preuves liant l’at­taque à la Russie, Microsoft a partagé same­di soir des détails sug­gérant qu’un pays hos­tile était responsable.

Le Threat Intel­li­gence Cen­ter de la société a noté que le code était un mal­ware pure­ment destruc­teur déguisé en ran­somware. Il avait une note de rançon, un porte­feuille Bit­coin et un iden­ti­fi­ant de mes­sagerie cryp­té, mais aucun mécan­isme de récupéra­tion — en fait, il efface le Mas­ter Boot Record (l’élé­ment du disque dur qui indique à un PC com­ment charg­er le sys­tème d’ex­ploita­tion) et télécharge des logi­ciels malveil­lants des­tinés unique­ment à fichiers cor­rom­pus. Toutes les cibles con­nues se trou­vent en Ukraine, et il n’y a aucun lien tan­gi­ble entre cette cam­pagne et d’autres groupes.

La Russie a nié toute impli­ca­tion dans la cyber­at­taque. Un porte-parole du prési­dent Pou­tine a déclaré que l’Ukraine attribuait tout à la Russie, “même la météo”. La Russie est depuis longtemps accusée d’u­tilis­er des cyber­at­taques pour cibler ses opposants poli­tiques, notam­ment l’Ukraine, les États-Unis et les pays européens.

Microsoft a déclaré qu’il n’é­tait pas cer­tain de l’é­tape actuelle de l’opéra­tion de piratage ou de l’é­ten­due des dom­mages. Il n’é­tait pas encore clair s’il y avait d’autres vic­times en Ukraine ou au-delà. Cepen­dant, il est pru­dent de pré­sumer que le moment de l’at­taque est prob­lé­ma­tique, quel que soit l’auteur.

 L’Ukraine et ses alliés s’in­quiè­tent depuis des mois des signes d’une inva­sion russe immi­nente, et les États-Unis ont affir­mé le 14 jan­vi­er que la Russie prévoy­ait une opéra­tion sous fausse ban­nière qui l’aiderait à jus­ti­fi­er cette inva­sion. La cyber­at­taque sem­ble exac­er­ber ces ten­sions et a peut-être affaib­li l’in­fra­struc­ture gou­verne­men­tale ukraini­enne à un moment critique.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*