TECH: Un deepfake de Bruce Willis prendra sa place et contribuera au projet de film à venir

Bruce Willis s’est retiré du méti­er d’ac­teur après avoir été diag­nos­tiqué aphasique, mais une autre ver­sion de lui con­tin­uera à vivre dans de futurs projets.

L’an­née dernière, le “jumeau numérique” de l’ac­teur est apparu dans une pub­lic­ité pour une société de télé­com­mu­ni­ca­tions russe réal­isée par une société appelée Deepcake.

Selon le site web de la société et The Tele­graph, l’ac­teur a désor­mais ven­du à Deep­cake les droits de ses futurs films, pub­lic­ités et autres projets.

Les ingénieurs ont créé un dou­ble numérique à par­tir du con­tenu de Die Hard (32 ans) et du Cinquième élé­ment (42 ans) de Willis.

Son image étant sur la plate­forme d’IA de la société, elle peut être gref­fée sur le vis­age d’un autre acteur en un temps rel­a­tive­ment court. Cepen­dant, l’ap­pro­ba­tion finale de tout pro­jet revient à la famille de Willis.

Dans la pub­lic­ité de Mega­fon, le vis­age de Willis a été rem­placé par celui de l’ac­teur Kon­stan­tin Solovy­ov. J’ai aimé cette “exac­ti­tude du per­son­nage”. Willis a déclaré à pro­pos de Deep­cake : “C’est une mer­veilleuse occa­sion de remon­ter le temps.”

Avec l’avène­ment de la tech­nolo­gie mod­erne, je peux com­mu­ni­quer, tra­vailler et par­ticiper à un tour­nage même si je suis sur un autre con­ti­nent. J’ai réus­si. C’é­tait une expéri­ence nou­velle et intéres­sante pour moi et je suis recon­nais­sant à l’équipe. ”

En mars, la famille de Willis a annon­cé qu’il se reti­rait du méti­er d’ac­teur suite à un diag­nos­tic d’aphasie, qui altère la com­mu­ni­ca­tion et la com­préhen­sion. Ces dernières années, l’ac­teur de 67 ans a joué dans un cer­tain nom­bre de pro­jets au milieu d’in­quié­tudes con­cer­nant son état cognitif.

Des acteurs sont déjà apparus sous forme numérique, notam­ment un jeune Mark Hamill dans Le Livre de Boba Fett. De même, dans Star Wars : Rogue One, les défunts Car­rie Fish­er et Peter Cush­ing sont apparus en ver­sion numérique.

James Earl Jones a récem­ment ven­du à Dis­ney les droits de recréer sa voix avec son IA pour pou­voir pren­dre sa retraite.

Cette approche a sus­cité la con­tro­verse. La qual­ité des “deep­fakes” est très vari­able, mais beau­coup se rap­prochent de la “val­lée de l’é­trange”, où les per­son­nages n’ont pas l’air tout à fait cor­rects, comme des mou­ve­ments raides ou des yeux morts.

Il y a aus­si la ques­tion des droits, car un acteur décédé ne peut pas refuser d’ap­pa­raître dans des films après sa mort, même si sa famille et sa suc­ces­sion le permettent.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*