Kylie Jenner Fond En Larmes Après Avoir Été Critiquée Sur Le Net

Kylie Jenner Fond En Larmes Après Avoir Été Critiquée Sur Le Net
Please fol­low and like us:
Pin Share

Kylie Jen­ner a pleuré dans le dernier épisode de «Les Kar­dashi­an» après que des inter­nautes ont cri­tiqué son apparence sur des pho­tos non retouchées pris­es à la Fash­ion Week de Paris en janvier. 

Des images inhab­ituelles de la star de 26 ans avaient fait le buzz plus tôt cette année. Lors d’une con­ver­sa­tion avec sa sœur Kendall, Kylie s’est plaignte aux com­men­taires négat­ifs qu’elle a vu en ligne à pro­pos des photos.

Des images de la mag­nat des cos­mé­tiques sans retouch­es ni maquil­lage exces­sif avaient été large­ment partagées. Pen­dant une con­ver­sa­tion franche avec sa sœur, Kylie s’est con­fessée sur l’im­pact néfaste des com­men­taires méchants sur les réseaux sociaux.

Kylie Jenne a remanié son style à la Fashion Week de Paris… et a essuyé des critiques haineuses dans les commentaires.

Elle a expliqué que les gens la cri­ti­quaient que si elle se maquil­lait beau­coup ou peu. Cer­tains inter­nautes — ain­si que des der­ma­to­logues et experts en rem­plis­sage — ont noté des rides sur ses joues rebondies.

Cepen­dant, ces lignes peu­vent être vis­i­bles chez n’im­porte qui, même les enfants, et Kylie a assuré qu’elle les avait depuis toute petite. 

Les com­men­taires cru­els l’ont vrai­ment blessée, et elle a fon­du en larmes en ques­tion­nant pourquoi il sem­blait accept­able d’in­sul­ter son apparence en ligne.

Kendall lui a apporté son sou­tien, dis­ant que c’é­tait un prob­lème pour toute la famille qui était «déshu­man­isée» aux yeux du pub­lic. L’épisode a mon­tré une Kylie plus vul­nérable face à la pres­sion inten­able des réseaux sociaux.

Please fol­low and like us:
Pin Share

1 Trackback / Pingback

  1. Kylie Jenner éblouit dans un tout petit bikini orange alors qu'elle fait la promotion d'une boisson près de la piscine - scandalsmag

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*